• Isabelle Nadolny

VI - L'Amoureux : histoire et iconographie



L'allégorie de l'Amoureux du tarot de Marseille présente des significations différentes d'un simple couple sous l'égide de Cupidon, comme on le trouve dans les anciens tarots italiens... 

Dans le tarot dit de Marseille, un jeune homme, avec Cupidon au-dessus de lui, semble se trouver aux prises avec un choix à faire entre deux femmes. Cette image est sans doute inspirée de la parabole de Prodicus, écrite par Xénophon, très populaire au Moyen-Age et à la Renaissance et représentée dans de nombreuses oeuvres d'art, comme ci-dessus. Cette parabole évoque Hercule, qui, à l'âge de la puberté s'est retiré dans la solitude et voit se dérouler devant lui deux routes, celle de la volupté et celle de la vertu, représentées par deux femmes qui tenteront par tous les moyens de l'attirer, chacune de leur côté. Dans les traités d'iconographie, Vertu est souvent représentée couronnée de lauriers et l'air plutôt revêche, parfois sous les traits de Minerve ; le Vice, lui, adopte un ravissant visage pour mieux tromper le naïf, sous les traits de Vénus. Ainsi dans le tarot on peut reconnaître laquelle mène le jeune homme vers le bon chemin : il la regarde, à sa droite (la bonne voie) mais ses bras sont néanmoins tournés vers la belle donzelle à sa gauche, qui tente de l'attirer vers la voie de la perdition...Voie très tentante car représentée sur le tableau par les couples nus se baignant dans le lac. On retrouve souvent ce type de scène dans les traités d'astrologie qui représentent les activités humaines sous l'égide des différentes planètes, ici sous l'égide de Vénus... 

Voilà pourquoi dans le tarot de Marseille, l'Amoureux évoque autant les sentiments inspirés par Cupidon que les doutes qui nous assaillent...!


Iconographie :

Image 1 : Hercule entre le vice et la vertu, Girolamo di Benvenuto, vers 1500.

Image 2 : Les enfants de Vénus, Baccio Baldini, vers 1460.

Image 3 : tarot dit de Charles VI, Italie

du Nord, XVe siècle.













  • Facebook

© 2018 Isabelle Nadolny.