• Isabelle Nadolny

IV - L'Héritier de l'Empereur


Il y a fort longtemps, vivait un empereur qui n'avait pas d'enfants. Il avait eu plusieurs épouses mais aucune ne lui avait donné d'héritier. A chaque jour de conseil les ministres et les hommes de robe lui disaient : "Majesté ! Seigneur des seigneurs du monde ! Il faut songer à votre succession, il faut un héritier pour le trône sinon il y aura de grands désordres dans tout l'Empire, il faut y songer !" L'empereur ne répondait pas. Et puis un jour il leur a dit : "C'est bien ! J'ai pris ma décision. Je vais adopter un enfant. Alors voilà. Vous allez envoyer des émissaires à travers tout l'Empire, et vous allez auprès de tous les enfants mâles, riches ou pauvres, nobles ou vilains, leur distribuer à chacun un sachet de graines. Celui qui m'apportera la plus belle fleur sera mon héritier." Des émissaires partirent à travers tout le pays et tous les garçons reçurent un sachet de graines avec mission de les planter pour avoir de très belles fleurs.

Or au coeur de l'Empire, dans la campagne profonde, il y avait un village très misérable. Dans ce village une petite maison où habitait un petit garçon orphelin de sept ans. Il était élevé par son grand-père, qui était jardinier. C'était un homme simple et sage. Le petit garçon avait reçu son sachet de graines, comme les autres. Sur les conseils de son grand-père, il avait choisi la meilleure terre, la meilleure exposition, il avait planté ses graines à l'abri du vent, tous les jours il arrosait. Il avait même enrichi la terre d'engrais fabriqués par son grand-père qui était très connaisseur ! Mais rien ne poussait. Tous les jours il allait voir, il arrosait, il était de plus en plus anxieux. Rien ne sortait de son pot de terre ! Le temps passait et rien ne venait.

Le jour arriva où il fallut se rendre au Palais impérial avec le pot de fleur. Le petit garçon ne voulait pas y aller, il dit à son grand-père "Non j'ai trop honte. Je ne peux pas aller là-bas, ils vont tous avoir des fleurs magnifiques, et moi, un pot vide..." Son grand-père lui dit "Que veux-tu, c'est la nature ! On n'y peut rien, c'est ainsi. Mais il faut tenir tes engagements. Tu dois obéir aux ordres de l'empereur. Allons-y." Ils se mirent en route pour se rendre à la capitale.

Quand ils arrivèrent au Palais impérial, tout le monde était déjà là. On avait installé les pots de fleurs dans l'immense cour du palais. Ca donnait un tapis parfumé, multicolore, d'une splendeur inégalée. Nul n'aurait pu dire, parmi ces fleurs plus sublimes les unes que les autres, les plus belles, les plus rares, les plus odorantes, laquelle aurait pu l'emporter. Le petit garçon n'osa pas s'avancer et se cacha à l'ombre d'un pilier.

Enfin l'empereur apparut en haut des marches. Il considéra à ses pieds l'immense tapis de fleurs, et il demanda : "Tous les enfants sont-ils bien là ?" Alors le grand-père poussa le petit enfant en avant et lui dit "N'aie pas peur, n'aie pas honte, montre-toi, tu dois y aller !" Le petit s'avança, rouge de honte, tête baissée, tenant entre ses mains son petit pot de terre vide. Quand l'empereur l'aperçut, un large sourire éclaira son visage, et il dit "Voici mon héritier ! Viens mon enfant, viens auprès de moi !" Le petit garçon monta les marches tout en tremblant, l'empereur le fit assoir à ses côtés et le présenta à la cour. Il dit :

"J'avais fait bouillir les graines, avant de les distribuer."


Iconographie :

Tarot de la collection Rothschild, l'Empereur, Italie du Nord, fin du XVe siècle, Musée du Louvre.














  • Facebook

© 2018 Isabelle Nadolny.