• Isabelle Nadolny

IV - L'Empereur : histoire et iconographie



Le mot "Empereur" vient du latin imperator et il est le titre donné depuis l'empereur Auguste (63 av. J.-C.-14 apr. J.-C.) au détenteur du pouvoir suprême dans l'Empire romain.

Depuis Charlemagne, ce titre désigne le chef du Saint Empire romain germanique. Si l'image ci-dessus désigne un des empereurs fondateurs de ce Saint Empire, Otton III (983-1004), l'Empereur du tarot désigne d'avantage une figure allégorique qui représente le pouvoir sur le monde, et cumule, à ce titre, tous les signes du pouvoir possibles. D’abord, il a une barbe et il est d’âge mûr : à partir du Moyen Âge, on représentait toujours Charlemagne, l’empereur par excellence, de cette façon, tout imberbe qu’il ait été. Cette représentation de Charlemagne en est venue à figurer un modèle : de pouvoir, de vertu, de puissance, de bravoure. C'est ainsi qu'on le retrouve figuré dans les Neuf preux poème exaltant toutes ces vertus. Ensuite, le bouclier jaune avec l’aigle en noir est très clairement le blason du Saint Empire romain germanique, il figure ainsi dans tous les anciens tarots. Le globe est un symbole de pouvoir tenu par le seul empereur, car il figure le globe terrestre, le monde, que l’empereur tient dans la main… Comme le dit d'ailleurs l’historiographe d’Otton III : « Par le don de Dieu auguste empereur du monde, seigneur des seigneurs du monde. » D'autres attributs montrent ce pouvoir : le sceptre bien sûr, et aussi les jambes croisées, posture que l'on retrouve avec l'Empereur de la plupart des tarots. Cette posture, apparue au XIIe siècle, est le privilège des rois et empereurs dans l'exercice de leur fonction judiciaire. Un monarque rendant justice pouvais ainsi croiser "la jambe gauche sur la droite, et puis la droite sur la gauche, et cela, une deux, trois fois de suite" le temps de se faire un jugement précis sur une affaire. Les anciens traité de civilité insistent d'ailleurs sur le fait que mettre une jambe sur l'autre est très grossier, "cela n'appartient qu'aux grands seigneurs et maîtres".

Iconographie :

Image 1 : Evangéliaire d'Otton III, Enluminure de l'Abbaye de Reichenau, vers l'an Mil, Bayerische Staatbibliothek, Munich.

Image 2 : Portrait de Charlemagne de Dürer, 1513, Nuremberg, Germanisches Nationalmuseum.

Images 3 et 4 : Le Triomphe des neuf preux, de Pierre Gérard, Abbeville, 1487. L’Empereur Charlemagne.










  • Facebook

© 2018 Isabelle Nadolny.