• Isabelle Nadolny

Sait-on d'où viennent les cartes à jouer ?

Mis à jour : 4 oct. 2018



"Carte" vient du latin charta = papier sur lequel on écrit.

Ainsi, on ne peut pas parler de l'histoire du tarot, et plus largement des cartes à jouer en omettant l'essentiel : le papier et la gravure. Le papier est né en Chine vers le IIe siècle de notre ère. En 751 les Arabes entrent en contact avec les Chinois avec la bataille et la prise de Samarkand dans le Turkestan.  La dynastie des Sassanides s'approprie le secret de la fabrication du papier et la diffuse en Perse. Au VIIIe siècle l'industrie du papier se développe en Mediterranée, au IXe siècle dans l'Espagne mauresque, au Xe siècle à Byzance, au XIIIe siècle en Italie et en France. Peut-on supposer un chemin similaire pour les cartes à jouer, sachant que des petites plaques en papier, ivoire ou métal revêtues d'images ont été utilisées en Chine ? Des jeux sont cités dès le Xe siècle. Mais l'unique spécimen ancien conservé date du XVe siècle. On peut supposer que des cartes chinoises ont pu être rapportées par les Tartares en Perse et de là, au Proche-Orient, on ne sait pas bien comment.

Une autre théorie, assez séduisante, évoque le Chaturanga dit "Jeu des quatre rois" : ce jeu de guerre est apparu en Inde entre le Ve et le VIe siècle. Formé de deux racines sanskrites chatur = quatre et anga = membre, il évoque les armées typiques de l'Inde ancienne composées de quatre corps ou divisions distinctes, que l'on retrouve dans le jeu : chars de combat, cavalerie, corps des éléphants, infanterie, sous les ordres d'un Rajah. Ce jeu, diffusé lui aussi en Perse puis chez les Arabes, aurait été à la fois l'ancêtre des échecs et l'inspirateur des suites de cartes à jouer à quatre couleurs telles qu'on les verra apparaître dans l'Occident du XIVe siècle.

Que leurs racines soient chinoises ou indiennes, les cartes ont pu provenir en Occident par l'intermédiaire des Perses, puis des Mamelouks qui régnèrent en Egypte et au Proche-Orient jusqu'en 1517 et qui eurent des relations commerciales avec l'Occident. Un très beau jeu mamelouk du XVe siècle est conservé au musée Topkapi d'Istanbul : certaines de ses cartes désignent un gouverneur = naib. Or, c'est sous le nom de naips, naibbe, ou naibi, que les cartes à jouer sont mentionnées pour la 1ere fois en Occident autour de 1370.

Est-ce à dire que nous tenons là l'origine des cartes à jouer et par là du tarot ? Rien n'est moins certain. Les cartes ne sont mentionnées ni dans les Mille et Une nuits, ni dans aucune source de littérature arabe ou maure. On n'a aucune preuve de leur uilisation par les Arabes du Moyen-Age, rien par les Croisades, et encore moins avant. D'où une autre théorie : le jeu de cartes serait tout simplement né en Occident, en Allemagne, d'où proviennent les plus anciens jeux connus, même si l'idée des séries a pu être inspirée de jeux orientaux. On peut d'ailleurs noter que, quelque soit l'origine ultime des cartes à jouer : Chine, Inde, Orient, elles ne gardent pas trace de ces origines. L'iconographie des cartes est nettement inspirée de l'Occident médiéval chrétien.

Bibliographie : Les Cartes à jouer du XIVe au XXe siècle / René d'Allemagne, Paris, Hachette, 1906. 2 vol.

Origine des cartes à jouer / Romain Merlin, Paris, 1869.


  • Facebook

© 2018 Isabelle Nadolny.